MONTBLANC - Great masters "James Purdey"

Le bois dont on fait les légendes...

James Purdey & Sons Ltd. est un fabricant britannique bicentenaire d'armes et de fusils de chasse de renommée internationale. La marque fut fondée en 1814 par James Purdey, qui avait précédemment travaillé en tant que stockiste pour le fabricant d'armes Joseph Manton. Purdey installa peu après, en 1826, son magasin dans les anciens locaux de Manton. En 1838, la reine Victoria est enregistrée comme ayant acheté une paire de pistolets Purdey et la maison anglaise devient le fournisseur de nombreux monarques pour la chasse et le tir sportif. Les Purdey se commandent sur mesure et les amateurs doivent attendre dix-huit à vingt-quatre mois pour épauler enfin leur fusil ! Des artisans des ateliers de l'armurier gravent le bois et le métal avec une maestria inégalée qui fait de chaque arme une véritable oeuvre d’art. 

Montblanc, qui est au stylo ce que Purdey est aux armes, ne pouvait que coopérer avec cette honorable maison britannique pour son nouveau Montblanc Great Masters « James Purdey ». Le stylo-plume Meisterstück est, selon la description de Montblanc, « fabriqué en bois de noyer avec marqueterie Purdey et sceau incrusté en métal, et doté d'une plume en or 18 carats et d'attributs ruthéniés ». Mais détaillons les choses… 

Le ruthénium est un métal précieux à reflets sombres. Ces attributs rappellent ainsi par leur finition l'aspect des canons des fusils Purdey. La base technique du stylo est connue, puisqu'il s'agit d'un Meisterstück 146. C'est un stylo de belle taille, à peine plus petit que l'énorme 149, à piston, et dont le dessin est conforme à la ligne Meisterstück, ample, avec des extrémités arrondies. Le sommet du capuchon, la large bague, le bouton de manoeuvre du piston, l'agrafe et la section sont entièrement plaqués ruthénium. Le corps et le capuchon sont en bois de noyer, comme les crosses des fusils Purdey, et portent une magnifique gravure en losange, identique à celle que l'on retrouve sur les « Calibre 12 » juxtaposés ou superposés de l'honorable maison anglaise. Un sceau en métal incrusté dans le bois évoque aussi l'univers « Purdey ». 

Comme tous les Meisterstück 146, ce stylo est équipé d'un piston. Il porte une jolie plume en or 18 carats, rhodiée et magnifiquement gravée avec un motif rappelant également les codes esthétiques de James Purdey. Comme toujours, chez Montblanc, la finition est superbe et ce bois gravé confère au stylo une prestance réelle. Magnifique objet, ce stylo est aussi un excellent instrument. Il est présent en main, sans être trop lourd pour autant. Il est bien équilibré et on ne poste pas le capuchon car cela déséquilibrerait l'ensemble. Les doigts trouvent une position confortable sur la section, qui est de diamètre conséquent. La manipulation du piston est aisée et très douce. On rappelle à cette occasion que Montblanc produit de très belles encres, aux riches nuances qui s’accorderont parfaitement à ce noble stylo… 

Les plumes des Meisterstück 146 sont excellentes : douces et peu flexibles, ce qui n’est pas, comme vous le savez, un défaut à mes yeux, et le débit d'encre est toujours optimal. Ce Purdey ne fait pas exception et je prends plaisir à écrire un mot doux à la femme que j'aime, à signer un courrier pour un client, à prendre des notes lors d'un rendez-vous au cours de cette semaine passée en sa compagnie. Le débit est tout à fait adapté et, quelle que soit la pression ou la vitesse d’écriture, la plume remplit son office avec un réel talent. 

Voilà un bien beau et bon stylo qui devrait permettre de confirmer que la plume est plus forte que... le fusil ? Ou alors permettra-t-elle à son heureux propriétaire de signer le bon de commande d’un fusil Purdey ? Seul le prix de cette merveille me retient de demander à mes enfants d'y penser pour la fête des pères : même à 7, il reste un peu cher pour des gamins dont, pour l'instant, un seul gagne sa vie... 

Je rends ce stylo à regret et me console en pensant à « Chapeau melon et Bottes de cuir », où la magnifique Purdey éveillait mes sens de préadolescent...

Partager cet article